Art et expérience corporelle

Ce carnet vis à accueillir les débats du séminaire organisé par Christine Vial Kayser pour Langarts en 2018/2019. Le concept se rattache à l’intuition du Pragmatisme que l’esprit dépend du corps qui est, « l’œil du cyclone, l’origine des coordonnées, le lieu où constamment est placé l’accent au cours de notre expérience » car « le monde dont on fait l’expérience se présente à tout moment avec notre corps pour centre, centre de vision, centre d’action, centre d’intérêt »(William James, « L’expérience de l’activité », dans Id., Essais d’empirisme radical. Marseille, Agone (2005). Le Penseur de Rodin, manifestant cette liaison indispensable et automatique entre le corps et l’esprit qui fait que l’on se gratte la tête et que l’on fronce les sourcils pour réfléchir, illustre le processus de la conscience, qui se forme dans un aller-retour entre une représentation de nous-même comme intériorité et comme extériorité. Dans ce chiasme le corps joue le rôle de tangence entre soi et le monde, une tangence indispensable pour éviter la folie d’une perception solipsiste de l’esprit par lui-même. On s’intéressera à la relation corps/esprit dans le langage (traces métaphoriques de l’orientation corporelle et des dynamiques biologiques) et dans la perception de l’œuvre visuelle (notions d’empathie, neurones miroirs, engramme, marqueur sémantique des émotions, kinesthésie, l’art et le désir (de connaître, de puissance, d’exister en tant que sujet…). Les supports théoriques principaux sont la phénoménologie (Husserl, Merleau-Ponty, Gallagher) et le pragmatisme (notion d’agency, de puissance subjective postulée par John Dewey, George Mead, de soma-esthétique de Richard Shusterman, de métaphore corporelle de Georges Lakoff et Mark Johnston) ainsi que le situationisme et les théories du genre qui soulignent les enjeux vitaux pour l’individu de résister aux normes. On s’intéressera aussi à l’apport des neurosciences pour comprendre le lien neuronal entre conscience de soi et mouvement (mouvement de l’artiste, mouvement du spectateur). Les cas pratiques porteront sur la création poétique et littéraire, la danse, la musique, les arts plastiques, l’architecture ainsi que sur des actions de médiation, notamment dans les musées. Le séminaire aura lieu en 2018 à la Bis-Sorbonne.


Une réflexion sur « Art et expérience corporelle »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.