séance du 5 avril: Le corps producteur d’émotion

Erica Le Tailleure (Dr en arts vivants, Université de Hacettepe / Conservatoire d’Ankara), Les derviches tourneurs, l’amour entre extase et ‘enstase’ ;

Alice Godfroy (MCF en danse Université de Nice), Danse et poésie : un nouage dans l’infra-corps ;

Alice Dupas (ENS Lyon, doctorante en philosophie), Une approche énactive de l’émotion et son application au cas de l’émotion esthétique.

Détail des communications

Erica Le TailleureLes derviches tourneurs, l’amour entre extase et ‘enstase’ 

Au cours de leurdanse durant laquelle les derviches tournent sur eux-mêmes, l’état d’enstase semble atteindre son paroxysme grâce à un ensemble de règles savamment pesées et mesurées pour que le derviche, gardant le contrôle de lui-même, atteigne les degrés les plus subtils de l’audition mystique. Entre corps et esprit, plus n’est alors question de séparation ni de chiasme, puisque l’objectif ultime est l’état d’unité absolue (tevhid), l’union parfaite et totale.

Alice Godfroy, Danse et poésie : un nouage dans l’infra-corps

Une théorie de l’articulation permet d’isoler le substrat somatique d’où s’originent les gestes de l’art, et par lequel ils nous touchent. Cet étage du vécu est fait de flux émotionnels qui mouvementent ce que nous nous proposons d’appeler notre infra-corps. Un parcours à travers les idéogrammes d’Henri Michaux et les explorations immobiles d’improvisateurs du mouvement (Contact Improvisation et butô notamment) cherchera à montrer comment les poètes et les danseurs les plus expérimentaux ont travaillé à densifier cet infra-corps, et à nouer implicitement leur recherche par le fond somatique de toute expressivité.

Je choisis dans le cadre de ce séminaire de donner des repères généraux pour aborder la question de l’articulation corps / langage, et d’ouvrir à des études de cas furtives, y compris concernant l’Asie.

Alice Dupas, Une approche énactive de l’émotion et son application au cas de l’émotion esthétique.

Dans cette présentation, nous ambitionnons de proposer et de présenter une théorie cognitivo-corporelle de l’émotion qui se nourrisse de l’approche dite 4E (qui se révèlera en réalité être une approche 5E) de la cognition, et plus précisément de son pan énactif. La théorie énactive, profondément anti-intellectualiste, de Colombetti et Thompson (Colombetti, 2007, 2010 ; Colombetti & Thompson, 2005, 2008) sur laquelle nous nous appesantirons, enseigne que les émotions sont à la fois cognitives (théorie de l’appraisal) et profondément corporelles (théorie du sense-making), soit qu’elles prennent placeau sein d’un corps vivant et sentant (a living and feeling body). D’une part, nous exposerons les raisons qui nous poussent à voir dans cette théorie de l’enactive appraisal une théorie congruente de l’émotion, et d’autre part nous appliquerons cette théorie à la sphère esthétique dans le but de rendre compte de l’émotion esthétique en termes énactifs.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.